enceinte / pregnant : que fœtus là ?

(Travail en cours).
L'être humain est un organisme comme les autres : il cherche à se reproduire par tous les moyens. Ces moyens passent encore par le ventre féminin.
L'homme n'est pas un animal comme les autres. Il peut  se prosterner devant celle dont le ventre est plein, la déifier, la virginiser. Ou encore, plus banalement, l'entourer de tendresse. Il peut aussi l'ignorer ou la plaquer.
Ne pas contrôler sa paternité peut lui être insupportable. Il répugne à ce qu'un autre sème à sa place. Alors, il enferme la femme entre quatre murs, quatre tissus, l'infibule, la momifie, la fantômise, la cadenasse, la menace du pire si elle enfreint sa loi. Il peut la tuer, lui déniant toute humanité, toute valeur, toute importance, sous couvert de religion ou de coutumes. 

N'empêche, le ventre féminin reste le lieu de l'origine du monde. La femme peut y exercer ses pleins pouvoirs, dénier tout rôle au géniteur, initier ou interrompre une grossesse, porter l'enfant d'un autre, ou d'une autre, ou ignorer le sien. Est-ce bien, est-ce mal ?

Dans ce travail en cours, je m'applique à répertorier l'histoire des femmes enceintes dans le monde, libres ou soumises, fières ou honteuses, empêtrées dans l'écheveau de la culture et de l'éducation. Aucune grossesse ne raconte la même histoire. Aucun foetus ne démarre de la même façon.

 

 Cliquez sur un visuel et vous pouvez naviguer avec les flèches du visuel ou du clavier