apnée - 2012

Dans mon enfance, j'ai été victime de noyade. J'ai ressenti la terreur de la noyade, l'eau est entrée dans mes poumons, j'essayais de crier, j'ai vu défiler ma maigre vie en accéléré, j'ai paniqué comme rarement. En fait, mon père n'était pas loin et m'a sortie de l'eau. Cependant, j'ai été suffisamment choquée pour être malade plusieurs jours, vomissant sans arrêt. Depuis, j'ai beaucoup d'appréhension à mettre la tête sous l'eau, à asperger mon visage sous la douche, je suffoque aussitôt.
Néanmoins, je combats cette crainte infondée par différents moyens sans aller jusqu'à la plongée sous-marine : plongeon du bord des piscines, snorkeling dans les mers chaudes.
Dans les années 80, on m'a offert un petit appareil photo étanche. J'ai tout de suite projeté d'en faire un outil thérapeutique, m'imaginant sous l'eau en apnée, faisant des portraits, si possibles amusants, des personnes qui se trouvaient avec moi, près de cette mer lisse, transparente et non fréquentée, condition sine qua non pour que le sable ne trouble pas l'eau.
J'ai réalisé cette petite série mais au vu de la mauvaise qualité des clichés — idem pour ceux faits hors de l'eau — je n'ai pas poursuivi (Film mince, peu technique et peu commercialisé).
Sur les deux dernières photos ce la série, on me reconnaît (photographiée par une tierce personne) au fait que je suis la seule personne incapable de prendre une pose sous l'eau, les fesses flottant en surface.

 

 Cliquez sur un visuel et vous pouvez naviguer avec les flèches du visuel ou du clavier